Le matériel utilisé n'aurait pas fait l'objet d'étude.

D'après quelques recherches sur internet et d'informations obtenus à plusieurs endroits, il semble bien que la granulométrie qui a été utilisée pour la recharge de la plage n'a pas grand chose de commun avec la granulométrie qui a été utilisée pour les recherches préparatoires à ce projet pilote. En effet, les tests faits à Québec en bassin hydrolique mignature auraient été faits avec l'hypothèse à l'échelle d'une granulaumétrie équivalente dont la taille allait du simple grain de sable à de petits cailloux d'une taille maximale de 5cm. Ici le matériel utilisé a largement dépassé le 5 cm étudié. Cela signifie que, toutes choses étant égales par ailleurs, les coûteuses observations des simulations du laboratoire de Québec pour prédire l'effet de la marée et des tempêtes dans l'Anse-aux-coques ne sont pas valides car l'hypothèse granulométrique n'est pas  la même. S'il s'agissait d'un projet sérieux, comment se fait-il que le promoteur n'a pas respecté les cadres de la recherche? Qui a décidé de lui même qu'il n'y aurait en apparence, plus aucun lien entre la gralnulaumétrie utilisée et celle qui a fait l'objet d'expérience en laboratoire?

Des études hydrologiques auraient été faites dans un laboratoire de Québec. Les hypothèses de recherche auraient porté sur une gralnulaumétrie équivalente aux trois petits échantillons à partir de la droite alors que le matériel qui a été finalement été déposé sur la plage correspond approximativement aux 4 échantillons.

Vidéo sur les matériaux finalement utilisés pour la recharge

Il semble bien que le matériel qui a été utilisé n'était celui qui était prévu à l'étude. Pourquoi ?

Ci-joint un vidéo qui tente d'expliquer le matériel qui aurait dû être étendu sur la plage.

http://youtu.be/qp_gdQ63R3M