L'Anse-aux-coques et l'acceptabilité sociale du projet pilote: Je croyais à un compromis entre écologistes, ingénieurs et usagés!

www.jacques-tremblay-48.com

Les usagés, entre autres ceux de la municipalité de Sainte-Luce, ont-ils été consultés pour vérifier l'acceptabilité sociale d'un tel projet? Qui avait la responsabilité de s'assurer de l'acceptabilité sociale de ce projet? Le conseil municipal s'est-il même intérogé à ce sujet? Existait-il une stratégie à ce sujet? Quelqu´un dans un des ministères impliqués s'est-il même intérogé sur les démarches entreprises par le promoteur pour s'assurer de l'acceptabilité sociale de ce projet?

À la lumière des écrits publiés dans les journaux et dans des documents produits par la municipalité (voir section Autres Solutions) la population a eu plutôt droit à une campagne d'information pleine de sous-entendus. J'ai aucun doute au sujet de bonne foi des  journalistes qui ont véhiculés aux cours des dernières années des termes comme Ensablement, Recharge, Tamis, Sable, Terre tamisée, granulométrie médiane de 7 mm et  matériel recherché dans des Bancs de Sable et gravier de la région. etc. Ces mots parfois revenaient dans un même texte laissant penser que finalement on parlait de la même chose à savoir un rehaussement de la plage avec, dans les circonstances, un maximum de respect pour la granulométrie de la plage indigène comme cela ce fait ailleurs.

Je crois bien que les usagés, tout comme moi, n'ont vraiment pas venu venir ce projet "innovateur". Moi aussi, de bonne foi, je croyais parce qu'on parlait de Tamis , que le matériel utilisé se tiendrait très prêt du 7 mm tel qu´on voit sur la photo ci-jointe. Si cela avait été le cas j'aurais sans doute grimacé mais aussi sans aucun doute je n'aurais  réellement contesté le projet car j'aurais cru à un compromis d'ingénieurs, d'écologistes et d'usagés. Cela dit j'aurais sans doute aussi  accepté, après quelques recherches, la même granulométrie que celle utilisée par les laboratoires hydrographiques de Québec qui ont dépensé des milliers de dollars pour l'étude de ce projet à savoir de la dimension du sable jusqu'à un maximum de 5 cm soit environ 2 pouces. Mais nous en sommes vraiment pas là. De plus le rapport Ropars 2013 parlait dans un graphique d'une granulométrie maximale de 10 cm soit environ 4 pouces et que finalement le matériel utilisé devrait être constitué d'un ...<<gravier avec un peu de sable ET DES TRACES DE GALETS>>". Méchantes traces de galets. Comment se fait-il que cette recommandation n'a pas été retenue? 

Le rapport Ropars prévoyait aussi en conclusion un problème concernant l'acceptabilité du projet comme  il l´avait lui-même conçu si on ne respectait pas une certaine granulométrie!

La réunion du conseil municipal se tiendra aujourd'hui le 3 novembre 2014 à 20h00 à la salle Gabriel-Nadeau sur la rue Langlois à Sainte-Luce