Les trois dossiers actuels du comité provisoire des citoyens de Sainte-Luce

Actuellement, trois dossiers préoccupent le Comité provisoire de Citoyens de Sainte-Luce:

Le premier dossier concerne la Plage de Sainte-Luce et son Aménagement  et est soutenu surtout par le président provisoire du Comité de citoyens de Sainte-Luce, Jacques Tremblay.

Le deuxième dossier est celui principalement porté par M Roland Plante vice-président  et concerne principalement celui de la Sécurité de tous les citoyens.

Le troisième dossier concerne L'Emplacement du nouveau Pavillon Luceville et  des  Habitations des érables dont la porte parole actuelle est Mme Laurette de Champlain.

Ce qui est intéressant avec ses trois dossiers c'est que nous percevons le même modus operandi de la part de l'administration Gagnon ce qui explique assez bien les problèmes que nous avons rencontés dans le dossier du Rehaussement de la plage. 

Journal L'Avantage du mercredi 25 mars 2015 page 8.
La plage de Sainte-Luce et le comité des citoyens refont surface dans les médias régionaux. Une entrevue a été enregistée le 25 mars à la Télévision Communautaire de la Mitis afin de rappeler que le problème n'a pas disparu avec les glaces.....loin de là.

Voici le lien journalistique pour le futur terminal pétrolier de Belledune NB dans la Baie des Chaleurs:
http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2014/04/22/009-gaspesie-belledune-port-petrole.shtml

Et voici le lien vidéo avec l'entrevue fait par Jacques Tremblay le 25 mars 2015 avec la télévision communautaire de la Mitis et Marc Despres.
https://vimeo.com/123223386

Cette photo a été prise vers le 28 décembre 2014. Cependant dès le 13 décembre la marrée avait rejeté sur toute la plage un nombre surprenant d'animaux tels que clams, oursins et moules et dans un nombre moindre quelques ėtoiles et concombres de mer. Je fréquente ces plages depuis les années soixante et je n'avais jamais vu ça! Il est surprenant que les clams sentent le besoin de sortir de la berge pour venir mourir congelés sur la plage. Il faut dire que quelques jours avant l'eau entre la plage et le quai était très chargée de sédiments flottants de couleur noir! Avant l'arrivée de ces animaux sur la plage nous avons vu l'arrivée d'une marée d'algues rouges quelques semaines avant.

Drôle d'animaux!

C'était comme cela tout le long de la plage vers le 28 décembre 2014. Vers le 13 décembre il y avait beaucoup plus de clams mais je n'avais pas mon appareil pour les photographier. Je voulais parler de cette situation lors de la réunion du 15 décembre 2014 mais M le maire a refusé.

Dossier sécurité

M Roland Plante, vice-président du comité provisoire de citoyens de Sainte-luce a une grande capacité d'observation. Tout simplement en se rendant au dépanneur il a observé ce comportement tout à fait risqué et dangereux lors d'un premier déneigement de la promenade de l'anse de Sainte-Luce en décembre 2014. Par la suite, cette personne a demandé à un de ses employés de le remplacer à cette même position afin de venir parler à M Plante d'une façon assez autoritaire qu'il n'a pu y avoir de discussion constructive sur le sujet. D'ailleurs quelques 500 mètres plus à l'Est j'ai observé en plein mouvement exactement la même situation quelques minutes plus tard mais avec une autre personne suspendue au dessus du mécanisme de soufflerie.  Il semble que le mécanisme de soufflerie était mal ajusté et ne permettait pas de mordre la neige suffisamment bas au ras du sol. Le degré de dangerosité d'un tel comportement a poussé M Plante à porter plainte à la CSST dès le lendemain. La CSST nous a fait le reproche de ne pas avoir appelé immédiatement car ils auraient intervenus dans les minutes mêmes ce que nous ne savions pas. M Plante a aussi observé au même moment et au même endroit la présence d'un tracteur d´environ 7 tonnes et plus avec sa pelle chargée sur la promenade de bois ce qui nous semble très limite compte tenu des structures en présences. Nous avons présenté nos inquiétudes à l'assemblée du conseil du 5 janvier. À cette même assemblée  M Jean-François St-Laurent a aussi présenté une photo. C'était celle d'un employé qui enlevait, en utilisant du matériel de la municipalité, une pancarte publicitaire d'un commerce bien connu. D'après ce qu'il nous en avait été rapporté il ne s'agissait pas d'une urgence mais plutôt un espèce de service de complaisance aux frais des contribuables. D'ailleurs à la réunion du conseil de février 2015 M le maire sans trop nous donner d'explications a tenu à féliciter son employé et l'encourage même à distribuer ses bons services à  l'ensemble des contribuables. Par ses déclarations et félicitations  M le maire encourage tous ses employés à faire de même.  Le problème c'est de savoir qui mérite de  bénéficier des bons services gracieux des employés de la municipalité aux frais des contribuables. Je n'ai rien  contre les gens généreux mais j'aime mieux ceux qui le font avec leurs propres argents. Quelques semaines plus tard, lors d'un déplacement en groupe pour aller voir où se situerait le futur pavillon pour personnes âgées sur la rue des Érables quelle n'a pas été notre surprise de constater en pleine heure de pointe où les enfants se rendaient à l'école un souffleur de la municipalité s'avançant sur plusieurs mètres, le méchanisme de soufflerie bien en mouvement avec absolument aucun employé en avant pour assurer la sécurité tel que les règlements sur la sécurité l'exigent. Pourtant, décidément, nous n'avons jamais fait exprès pour nous retrouver devant de telles situations. Il y a visiblement tout un problème de responsabilité dans notre municipalité : Qui dans la municipalité est mandaté pour s'assurer que les employés travaillent dans un environnement sécuritaire pour eux et pour les citoyens qu'ils veulent servir?

Les observations que nous avons fait depuis l'automne nous démontrent qu'il y a un haut niveau de désorganisation dans notre municipalité ce qui explique en grande partie le désastre survenue à la plage de Sainte-Luce. Même la gestion par le maire du dossier du Pavillon  nous laisse pour le moins perplexe. Ce besoin de courir à tout prix après des subventions ne devrait pas affecter notre capacité de jugement au point d'accepter de faux compromis qui se révèlerons par la suite être de véritables cadeaux de Grecs. Si la plage n'est pas rapidement restaurée, il s'en suivra une dévaluation des propriétés riveraines. Puisque la facture fiscale restera visiblement la même pour plusieurs années tous les autres contribuables devront manifestement mettre leurs mains dans leurs poches: Avis aux contribuables des secteurs Luceville et Saint-Luce qui ne se sentent pas concernés. Et vous trouvez ça normal vous une augmentation de 20% en 4 ans? Il semble que pour M le maire l'austérité c'est pour les autres car lui il a plein de nouveaux projets à faire financer. 

26. Mars, 2015

Un autre employé en danger. Imaginer que le tracteur frappe un obstacle en avançant!! C'est probablement ce duo de travailleurs que j'ai moi-même observés quelque 500 mètres plus à l'Est.

N'est-ce pas un peu pesant pour un trottoir de bois qui sonne creux lorsqu'on marche dessus? Quelle urgence y avait-il pour qu'on utilise une pareille machinerie? M. le maire a normalement eu connaissance de ces événements puisqu'il a été apperçu aux environs à peu près dans les mêmes moments alors que ces travaux ont duré de nombreuses minutes. À ma connaissance c'est la première année qu'on cherche à déneiger la promenade sur toute sa longueur dès le mois de décembre tout ça pour accommoder une poignée de marcheurs frigorifiés de décembre à février. Pourtant, en revenant du Mont Comi hier (27 mars) j'ai pu encore constater l'étroitesse du boulevard St-Alphonse. D'après nos recherches sur internet la pelle avant de ce tracteur aurait une capacité aux environs de 3 tonnes. Et pour éviter que le tracteur ne bascule vers l'avant en soulevant une telle charge celui-ci doit peser aux environs de 7 tonnes. M. le maire nous a suggéré d'attendre au printemps pour voir s'il y a des dommages. Malgré des risques évidents j'ose espérer que les personnes qui sont impliqués dans ces travaux ont assez d'expérience pour avoir su en limiter les conséquences. Avouons que le coup des souffleuses nous rends plutôt perplexes.