Solution du conseil municipal: Ajouter au problème

Même si tout l'enrochement est maintenant caché sous 15 cm de gravillon, tout ce matériel finira après une tempête de type Big One comme celles de 2005 et 2010 par se retrouver sur toute notre plage causant sa ruine. C'est ce que nous a montré l'ingénieur principal du projet M. Yann Ropars lors de la soirée d'information du 4 novembre 2014. En effet nous avons eu droit à de belles photos de plage de galets telles que présentes dans le sud de la France.

"Le manque de vision du conseil municipal de Sainte-Luce va finir par conduire notre plage à sa ruine" Jacques Tremblay, Président du Comité des Citoyens de Sainte-Luce 2015.
 

Malgré toutes les inquiétudes manifestées aux dernières assemblées municipales par le Comité des Citoyens de Sainte-Luce, le conseil municipal de Sainte-Luce a décidé d'aller de l'avant avec son projet de Recharge de la plage de l'Anse-aux-Coques en rajoutant un gravillon de 2,5 à 5 mm virtuellement complètement stérile à l'implantation éventuelle d'élymes des sables qui est un des seuls moyens possibles restant pour  espérer  éviter la ruine totale de notre plage lors du prochain passage d'une tempête équivalente à celle de 2005 ou 2010. En effet, il est prévu par l'ingénieur principal au projet, M. Yann Ropars, que les promoteurs pourront éventuellement rajouter d'ici 2024 jusqu'à 70 % de l'enrochement qui a été déjà mis cet automne afin de "Nourrir la Bête", dixit M. Ropars à  la conférence de presse du 5 novembre 2014. Cet aveux de M. Ropars confirme que nos craintes sont pleinement  justifiées concernant la ruine éventuelle de notre plage: Où pensez-vous que va se retrouver tout cet enrochement lors de la prochaine vraie tempête? Malgré nos inquiétudes aucun moyen ni étude n'ont été envisagés cet hiver par le conseil municipal pour essayer de stabiliser l'enrochement et protéger notre joyau touristique régional. Pendant tout l'automne 2014 et l'hiver 2015, M. le maire a systématiquement refusé toute discussion concernant l'avenir de notre plage prétendant qu'il nous fallait attendre les avis des ingénieurs au printemps. Ce délais n'a servi au conseil municipal qu'à imposer les plans prévus à l'origine par les promoteurs. En définitive, d'après certains spécialistes rencontrés, en choisissant leur gravillon plutôt que du sable véritable, la municipalité ne fait qu'empirer le problème. 

"Il est important de rappeler qu'à aucun moment le conseil municipal ni le MDDELCC n'ont cru nécessaire d'informer la population de la granulométrie utilisée pour ce projet pilote. Les citoyens de la Mitis et de la Neigette ont été traités dans ce projet pilote par nos instances politiques  régionales comme des citoyens de seconde classe. " Jacques Tremblay, Président du Comité des Citoyens de Sainte-Luce 2015.
 
Jacques Tremblay
Président du Comité des Citoyens de Sainte-Luce 2015
www.jacques-tremblay-48.com
3, Route du Fleuve Est
Sainte-Luce Qc
G0K1P0
418-739-5268 rés 
418-739-7963 cel.
jtremb48@gmail.com

 

 

Le gravillon utilisé ici a été traité par une cimentrie régionale. D'après les informations recueillies le degré d'humidité recueillie par ce gravillon de 2,5 à 5 cm ne permettra pas l'implantation des élymes des sables qui serait la seule plante capable de retenir efficacement l'enrochement à sa place. Tôt ou tard cette plage artificielle horizontale va provoquer des accidents à marée haute.

Dès le départ le Comité des citoyens de Sainte-Luce a émis d'importantes réserves concernant la sécurité des villégiateurs lorsque la marée sera haute. Il est fort à prévoir que le ravinage observé depuis le début des travaux se reproduise à nouveau s'il y a une forte marée accompagnée de gros vents augmentant le potentiel d'accidents sur la plage. Les villégiateurs appréciront-ils ce gravillon eux qui ont connu du sable fin pendant des générations?

Photo prise à la fin d'octobre 2014:
Voyez comment la pente douce du début c'est rapidement transformée après seulement quelques marées fortes en ravin.

Quelques jours plus tard le ravinage avait déjà pris forme. Pensez-vous réellement que la pente adouci en gravillon de la municipalité ne va pas rapidement raviner et provoquer des incidents malheureux?

Pour que les camions puissent déverser leur gravillon il a fallu mettre encore de l'enrochement et un géotextile à l'extrémité Ouest de la promenade. Il semble que les travaux auraient repris un autre mâtin avant 5 heure AM! Pourtant il existerait une loi interdisant une telle pratique avant 7 heure AM. Qu'est-ce qui pressait tant que ça ?

Une drôle de structure de granulométrie et de couleur diffėrentes est apparue cette année à l'Ouest du ruisseau principale de la baie de Sainte-Luce. Comme la moitié de la berme artificielle est comme "disparue" depuis l'automne 2014 les experts en géographie côtière mandatés par la municipalité devraient nous confirmer que le nouveau matériel se déplace inexorablement en grande partie vers l'Est de la plage la contaminant de plus en plus.

Message aux inconditionnels du projet pilote de M. le maire

M. Yann Ropars ingénieur principal de ce projet pilote nous a pourtant tous prévenus le 4 novembre 2014 qu'à terme notre plage finirait par ressembler à certaines plages de galets du sud de la France. Il nous a même présenté ce genre de photo comme s'il s'agissait d'une plage idéale pour nous.

 
C'est sûr qu'on ne peut pas rallier tout le monde,  surtout les gens qui ont de la dificulté à immaginer ce qui va se produire lors de la prochaine véritable tempête d'automne. Cependant si vous faites une relecture des textes que j'ai présentés sur mon site web vous constaterez que j'ai toujours maintenu à peu de chose près le même discours à savoir que le véritable test reste à venir et que les dégâts commenceront à réapparaître à partir du printemps 2016 nécessitant des interventions régulières de machineries sur la plage à chaque printemps et ce aux frais des contribuables. Pourquoi pensez-vous que M. le maire a attendu au printemps 2015 pour étendre son gravillon ? Environ la moitié des 1500 camions de gravier et d'enrochement qui ont été mis sur la plage en automne 2014 se retrouvent actuellement en partie visiblement dispersé à l'ouest de la rivière principale de la baie ou encore sous une couche par endroit très mince de sable et ce sans qu'aucune véritable tempête ne se soit manifestée cet automne 2014. Lorsque la prochaine véritable tempête du type de celle  de 2010 se manifestera, la très grande partie  cette structure artificielle sera balayée comme un château de cartes risquant la ruine complète de notre plage et son industrie touristique. La preuve que ce matériel ne peut pas rester en place est dans le rapport même de l'ingénieur principal de ce projet pilote. En effet M.Yann Ropars prévoit devoir rajouté jusqu'à 70 % de ce qui a été mis en automne 2014 afin d'assurer la protection de la promenade d'ici 2024! Pour ce qui est de la plage M. Ropars nous a prévenu qu'à terme nous devrions nous contenter d'une plage de galets comme sur les photos du sud de la France qu'il a présentées lors de la soirée d'information convoquée après coup le 4 novembre 2014 à la salle Gabriel-Nadeau de Sainte-Luce. M. Ropars a même affirmé dans cette assemblée que de toute façon nous n'avions plus de plage à Sainte-Luce! C'est aussi durant cette assemblée que M. Ropars nous a confirmé que le principal problème de notre plage était dû à la présence du mur de la promenade!! De tels propos ne s'inventent pas. Y a-t-il plus sourd qu'un maire qui refuse d'entendre ? Et que dire du fait que personne en autorité n'ont cru bon de nous avertir de la bêtise qu'ils allaient faire. Pendant qu'en ville les autorités dépensent temps et énergie à restaurer leurs anciennes plages pour les redonner à leur population nous investissons de nos propres sous année après année pour transformer notre plage de sables fins en futur plage de galets et de gravillons. J'en conclu après maintenant bientôt 8 mois d'observation et de rencontre avec des personnes compétentes dans ce dossier que la population  de la Mitis et de la Neigette ont été traités comme des citoyens de seconde classe par nos élus régionaux et provinciaux en nous imposant ce projet pilote comme étant à prendre ou à laisser sinon nous devions nous arranger tout seul avec nos problèmes! Pourtant des sommes jusqu'à plus de 5 fois plus importantes d'argent ont été concentis à d'autres  communautés pour des plages qui sont pourtant à peines fréquentées. 
Je le répète, malgré nos inquiétudes manifestées depuis plusieurs mois par le Comité des Citoyens de Sainte-Luce, aucune mesure d'atténuation n'a même été entrevue pour essayer  de contrôler le déplacement cet enrochement massif afin qu'il ne se répande pas à la grandeur de notre plage lors de la prochaine véritable tempête. C'est ce que nous a confirmé M. le maire lors de l'Assemblée municipale du 1 juin 2015.

 

Jacques Tremblay
Président du Comité des Citoyens de Sainte-Luce 2015
www.jacques-tremblay-48.com
3, Route du Fleuve Est
Sainte-Luce Qc
G0K1P0
418-739-5268 rés 
418-739-7963 cel.
jtremb48@gmail.com